Cette distance entre les êtres qui varie selon les cultures

La distance sociale ou plus exactement distance physique que nous devons garder vis-à-vis des autres en ce temps de crise m’a donné envie de relire des passages de La dimension cachée de l’anthropologue américain Edward T. Hall qui aborde dans son livre les notions d’intrusion, de démarcation invisible, d’espace informel* ou de bulle.  Certains passages de  ce livre font pour moi écho à la distance que mon fils a toujours mis naturellement entre lui et les autres tout comme c’est le cas dans un certain nombre de pays.

Qui connaît un peu le mode autistique sait que les personnes atypiques n’apprécient pas être touchées car l’espace informel qui les entoure est plus large que le nôtre. Ainsi, l’un de nos deux fils nous montre que le contact peut se faire en gardant une certaine distance spatiale, que l’on peut se dire bonjour sans forcément se rapprocher l’un de l’autre et regarder un film ensemble sans être assis côte à côte. Dans la rue il sera le dernier à frôler par inadvertance un passant et aura le réflexe de le contourner quitte à  faire un détour. Le respect des distances est non seulement inné chez lui mais le non respect de cette distance est vécu comme une effraction. 

Le respect de la distance sociale auquel nous devons nous soumettre en ce moment n’a pas de secret pour lui et pour une fois, il se retrouve inclus à son insu par rapport aux actuelles attentes sociétales. Il pourrait presque  donner l’exemple de la bonne conduite à suivre en temps de Coronavirus.

Edward T. Hall démontre comment la proxémie, ce rapport à l’espace et à la distance que l’on met entre soi et son interlocuteur n’est autre qu’une histoire de cultures. Cette réalité est flagrante lorsque l’on passe d’une culture latine ou méditérannéenne à une culture asiatique.  Et l’expérimenter avec son enfant atypique le met encore plus en évidence. En France, en Espagne, en Italie, on a tendance à vouloir se rapprocher les uns des autres, à se faire des accolades lorsque l’on discute, lorsque l’on se dit bonjour. Dans les pays asiatiques où je suis allée, et peut-être moins à Hongkong qu’ailleurs, garder une certaine distance avec les autres va de soi malgré le monde dans les rues, dans les marchés ou dans le métro. Lorsque l’on se dit bonjour en Asie, en dehors des contextes de professionnels inter-culturels, pas de bise, un simple hochement de la tête ou un wai. La bulle invisible qui entoure chaque être est plus importante et perceptible là-bas qu’ici et encore plus que dans les pays d’Afrique du Nord où elle est imperceptible tant le toucher et le rapprochement des corps est de mise dans la moindre circonstance du quotidien. Les habitants des pays du Nord paraissent également plus distants dans leurs contacts physiques. À deux reprises je suis allée à Berlin et j’ai été aussi admirative de la discipline des Berlinois que j’en ai été étonnée : à peu près tous les cyclistes portent un casque de protection et personne n’a l’idée de traverser en dehors des passages piétons ou au feu vert sous peine de se prendre une remarque. Ceci parait à contre culture de nos pays latins.

Aussi, l’on pourrait dire, sans beaucoup extrapoler, que les habitants des pays comme la France, l’Espagne ou l’Italie sont aussi chaleureux qu’ils sont peu disciplinés. Cela explique peut-être en partie pourquoi nous faisons partie des quelques pays qui ont été  confinés selon des règles plus rigoureuses** que d’autres pays asiatiques ou nordiques pour lesquels discipline ou distances sociales sont davantage inhérentes à leur culture même si cela ne les empêche pas d’être contaminées.

_________________

Article de presse en lien avec cette thématique : Courrier International Avec le confinement les introvertis en terrain connu

__________________

* L’espace informel est l’espace « qui comprend les distances que nous observons dans nos contacts avec autrui. La plupart du temps ces distances échappent au champ de la conscience ».

Edward T. Hall a répertorié quatre type de distances : la distance intime, la distance personnelle, la distance sociale et la distance publique.

** Le confinement stricte avec attestation de déplacement pour sortir de chez soi n’est pas le fait de la majorité des pays du monde.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s