L’esprit gardien de la maison

 Il y autant de fenêtres d’où regarder le monde qu’il y a de peuples et de cultures différentes.  

Le 29 avril 2019, arrivée à Ban Phe  à 15h 30 pour un séjour éclair et particulier. Il fait chaud, très chaud, la mer est belle, les échoppes sont ouvertes, c’est la saison du durian*.

Nous retrouvons la maison quittée il y a 8 mois dans laquelle nous avions habité plusieurs semaines avec mes globe-trotteurs préférés et que nous avions dû vider.

A peine la porte ouverte, nous invitons spontanément Tommy, le chauffeur de confiance, à visiter la maison. La photo du roi, placée en hauteur, nous accueille. Nous entrons, déchaussés, comme le veut la tradition. Nous ouvrons les rideaux du rez-de-chaussée, puis les volets de la cuisine, puis nous montons à l’étage. J’ouvre la porte de la première chambre et la referme aussitôt, saisie de surprise par ce que je découvre. « There is a bird ». Tommy ouvre la porte à son tour, il entre puis s’agenouille. Il suit l’oiseau qui se dirige vers l’escalier menant au grenier en travaux puis murmure des phrases en thaïlandais et en anglais en nous regardant : « Don’t worry Khun Somchaï**. It is your wife and your daughter, they won’t hurt you. Don’t be worry. óhhhhh-òhhhh.» Je lui dis : « I guess that you are praying » « Yeah, I am talking to the bird… » Je lui réponds « Are you praying the bird ? » « Yeah, Khun Somchai ». Je lui dis : « The bird is Khun Somchaï ? » « Yeah, the spirit ».

Divisée, je me sens d’un côté plus occidentale que jamais parce que l’oiseau me dérange, et en même temps,  je me dis que je ne sais pas, que je dois peut être bien croire que cet oiseau n’est pas là par hasard si je considère que le centre du monde est de ce côté du monde. Un.e occidental.e ancré.e dans sa vérité pourrait se moquer, hausser les épaules, être même condescendant.e. De quel côté du monde est le vrai ? Les croyances c’est purement culturel. Chacun est persuadé d’être dans le vrai universel et objectif. Ici, on croit aux esprits, ma famille aussi sans aucun doute. Moi qui ai toujours vu des autels aux esprits, ce jour là, je réalise concrètement ce que cela veut dire. 

IMG_0587Deux nuits se passent, c’est le jour du départ. Il va falloir ouvrir cette porte pour faire partir l’oiseau avant de fermer la maison et sans doute ne plus revenir. L’oiseau se tient sous le lit, immobile, nous fixant de son regard noir. Il ne semble pas farouche, nous nous approchons  pour ouvrir une fenêtre, il reste immobile. Nous faisons alors venir une jeune femme pour nous aider. Elle s’approche de l’oiseau, le prend délicatement dans sa main et le met dehors tranquillement. Un quart d’heure plus tard, l’oiseau est revenu, à la même place et continue de nous fixer. Je me surprends m’adresser à lui et lui demander pardon pour le dérangement,  pardon de ne pas tout comprendre, et  surtout que nous ne lui ferons pas de mal mais que nous devons vendre cette maison. Je ne peux m’empêcher de penser à tous ces films asiatiques que j’ai vus et dans lesquels apparaissent esprits et fantômes. Myazaki, Weerasethakul ! Je suis dans un film réel !

Nous repartons avec le chauffeur qui nous explique que l’esprit de mon père est dans l’oiseau mais que ce n’est pas la réincarnation. Le soir même, ma tante de nationalité thaïe me confirme qu’aux yeux d’un thaï il va sans dire que cet oiseau incarne bien l’esprit gardien de la maison, que nous avons bien fait de le respecter en lui demandant la permission de disposer de la maison au risque que des fantômes malveillants apparaissent. Et là, malheur.  Voilà pourquoi en Asie on dresse des autels aux esprits dans lesquels on dépose de la nourriture, des boissons et des fleurs : pour qu’ils  puissent avoir un endroit à eux où se réfugier.

Alexandra Dauplay-Langlois 

* Durian : c’est un fruit très odorant et très crémeux avec de grosse épines vertes. Mythique en Asie, il est comparé à nos fromages. Ce fruit est interdit dans les transports publics et dans la plupart des restaurants. L’été dernier, j’avais apporté du durian à mes tantes et nous nous sommes empressés de le manger presqu’en cachette dans le restaurant, dont elles sont pourtant propriétaires, pour ne pas incommoder les clients !

** Khun Somchaï : en Thaïlande, on ajoute Khun avant le prénom pour marquer le respect à certaines personnes.

>>> Pour en savoir plus sur l’animisme : 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Animisme

http://www.gavroche-thailande.com/actualites/culture/213-saan-pra-phum-l-animisme-thailandais-au-quotidien

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s